Courts-métrages

  • Je suis une actrice Comédie

    8,5/10

    Portrait (au vitriol) de la vie de comédiennes soumises à l'implacable loi du casting...

  • politique-ment correct Fantasy

    7/10

    Court-métrage d'animation 3D humoristique sur un député fraîchement élu qui entre à l'assemblée nationale...Et qui découvre que tout est loin d'être comme il l'avait imaginé.

  • Respire Drame

    5,5/10

    Antoine est un jeune homme atteint de la mucoviscidose qui aime la course à pied.

    A l'hôpital, il va se lier d'amitié avec Juliette, une dame âgée au caractère difficile.

  • Esprit sportif Documentaire

    7,5/10

    Il s'agit d'un parallèle entre différents sportifs (valides ou handisport) toutes disciplines confondues.

  • R’ha Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Un alien à forme humaine doté d'une tête de serpent est interrogé par une machine alors qu'il est ligoté.

    Cette dernière n'hésite pas à l'électriser pour obtenir des informations sur futur lieu de rendez-vous de sa communauté.

  • The Warehouse Horreur/Epouvante

    7,5/10

     

    Une jeune femme du prénom de Mary a étrangement disparue. Trois policiers procèdent à sa recherche dans ce qui ressemble à un entrepôt. En interrogeant Sam, qui semble être le boss des lieux, ils espèrent toucher au but...

     

  • Corpus Christi (ESEC) Drame

    8/10

    Commençons cette rubrique par une conception made in ESEC (école supérieure d'études cinématographiques de Paris). J'entends déjà certains rappliquer avec leurs grands sabots et glapir en infâmes commères : oui, mais c'est l'ESEC, alors gnan gnan gnan, on lui fait des courbettes, gnan gnan gnan, bla bla bla, etc.

    Et bien non, très chers lecteurs, sachez que je m'attacherai à conserver, contre vents et marées, la même impartialité dans mon jugement pour les courts-métrages que celle consacrée aux séries et aux films jusqu'à présent ...

    L'ESEC ne m'a pas payé pour cette critique, et d'ailleurs je doute fortement qu'elle aurait les moyens de le faire, car comme tout le monde le sait, j'ai des goûts de luxe déjà bien satisfaits, ceci grâce à la considérable manne d'argent qui m'est versée régulièrement par les producteurs en tout genre. (sourires avec dents en or).

    Tout ceci était bon à préciser avec humour, car aujourd'hui, comme vous le savez, le temps est plutôt à la défiance et la contestation qu'à la confiance aveugle.

  • Jugend (2018) Guerre

    8,5/10

    Synopsis : 

    Peu de temps après le débarquement, non loin de Caen, les alliés sont confrontés à une division allemande qu'ils surnomment "la baby division". Elle hérite de ce surnom parce que ses troupes sont extrêmement jeunes.

    A l'issue d'une formation militaire de 6 mois, ces jeunes allemands intègrent la tristement célèbre 12ème SS-Panzer-division. Cette dernière est surtout connue pour sa férocité au combat et ses crimes de guerres, au mépris des conventions internationales.

    Attendant l'ennemi dans les tranchées, une unité de cette division patiente en attendant l'arrivée, probablement imminente, des alliés. L'un de ces soldats allemands, Johann, se remémore les jours heureux passés en Allemagne...

CRITIQ CINEMA