The Warehouse

7,5/10

 

Une jeune femme du prénom de Mary a étrangement disparue. Trois policiers procèdent à sa recherche dans ce qui ressemble à un entrepôt. En interrogeant Sam, qui semble être le boss des lieux, ils espèrent toucher au but...

 

Critique

Le réalisateur Stephen Bigot, habitué pour la plupart du temps à signer des productions institutionnelles ou publicitaires a voulu élargir son champs d’action avec ce court-métrage. A vrai dire, dans ce cas précis, on peut même parler d’un très court-métrage (6,43mn).

De prime abord, cela peut sembler étonnamment court, mais c’est à mon avis largement suffisant pour marquer les esprits.

Dès le générique, la bande sonore mystérieuse et lugubre prend aux tripes, alors que s’égraine le nom des participants à cette oeuvre dans des polices d’écriture stylées.

La suite est un face à face informel entre un enquêteur et un suspect potentiel (qui parait être un habitué des lieux), tandis qu’en parallèle,  deux autres policiers investissent l’entrepôt en détaillant leur progression par radio.

Le tout fait bien mieux que tenir ses promesses… D’abord parce que la prestation des différents acteurs est assez plaisante, mais ce n’est pas le seul paramètre valorisant.

En effet, il faut également souligner la grande variété des cadrages, le côté vraiment palpitant et angoissant du scénario. Le tout est entretenu avec une certaine sobriété (de l’hémoglobine, mais pas trop) et une recherche manifeste de l’efficacité, que cela concerne les dialogues ou des aspects purement visuels.

The Warehouse ravira sûrement tous les amateurs du genre horreur/épouvante qui ont quelques minutes à perdre. CINE + FRISSONS avait sûrement déjà flairé le bon coup avec sa diffusion.

Souhaitons clairement que Stephen Bigot puisse exprimer son talent sur une production bien plus longue…Ce qui, aux dernières nouvelles, était son intention.

Bande annonce
Courts-métrages Pécédent
«
Courts-métrages Suivant
»
Articles récents
  • De sang et d’or Documentaires

    6/10

    RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

     

  • Upload Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA