De sang et d’or

6/10

RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

 

Critique

La chaîne l’équipe a voulu nous gratifier d’un reportage sur le club de mon coeur … L’affaire était bien présentée, avec des teasers particulièrement alléchants qui trainaient ici et là sur les réseaux sociaux. Teasers dont vous aurez un aperçu ci-dessous.

 

Pourquoi le RCL comme sujet ?

Certains qui se disent passionnés du ballon rond s’interrogeaient même sur le sujet de ce reportage … A ceux là, je leur répondrai tout simplement que le RCL est un club mythique à plus d’un égard. Depuis des décennies, Le RCL a notamment formé de nombreux joueurs qui ont évolué en équipe de France. Il a été champion de France en 1998 avant de remporter la coupe de la ligue l’année suivante.

Depuis plusieurs années, et alors qu’il végète en ligue 2, le club compte une moyenne de spectateurs à faire pâlir d’envie des clubs de ligue 1. (plus de 22000 si ma mémoire est bonne). C’est donc un club populaire.

Je défie quiconque aussi de ne jamais avoir connu de frissons dans ce stade, en particulier lors des matchs couperets, où l’ambiance y est particulièrement survoltée.

A Lens, l’ambiance est propice à toutes les folies, sur le terrain comme dans les tribunes.  Emmenez dans les travées de Bollaert quelques réfractaires du ballon rond, et ils se laisseront vite séduire par les chants. Indéniablement, ce stade a une âme, ce club à une âme et des valeurs à partager.

Seulement voilà, depuis quelques années, il faut bien l’avouer, être supporter du RCL est devenu un sacerdoce. Car voilà maintenant douze ans que le club alterne les déboires…Avant d’avoir été repris en main récemment par l’homme d’affaire Joseph Oughourlian.

Et forcément, le supporter lambda, échaudé, pouvait y voir la main du diable: celle qu’un investisseur avide se porte acquéreur du club,  puis qu’il quitte le navire après s’être rempli copieusement les poches.

Cette crainte n’aura finalement pas fait long feu. Le club a été remis sur pieds de façon assez énergique.

 

Sur le fond et la forme

 

Le documentaire est assez décousu. Trop, en tout cas, pour nous faire une idée précise de ce que représente vraiment la gestion d’un club de A à Z. Il n’y aucune transition entre les images et c’est bien dommage. J’aurais aimé quelque chose de plus fouillé, plus construit, qui s’éparpille sur beaucoup moins d’aspects différents.

L’homme fort du club (Joseph Oughourlian) s’exprime à de multiples reprises. Et au travers des ses paroles, l’on s’aperçoit qu’il nourrit un amour inconditionnel pour ce club qu’il a bien remis sur les rails.

L’une des séquences les plus cocasses se déroule dans une chambre d’hôtel. On y voit Arnaud Pouille (le président du club, ndlr) négocier le départ de Mounir Chouiar, l’une des pépites du club, la veille de la fin du mercato (!). La décontraction est apparente et son intonation de voix trahit une certaine tension.

Le tout manque trop clairement de fluidité pour rester définitivement gravé dans la mémoire. Cependant, les supporters ardents du RCL peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Le club renaît et il est entre de très bonnes mains.

Bande annonce
Suivant
»
Articles récents
  • De sang et d’or Documentaires

    6/10

    RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

     

  • Upload Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA