La secrétaire

7/10

RESUME : Lee Holloway est une jeune femme névrosée qui vient de sortir de l'hôpital psychiatrique. Lorsque quelque chose ne va pas, Lee se scarifie. Mais Lee parvient quand même à se faire embaucher dans le cabinet de M. Gray, avocat. Elle et son nouveau patron vont nouer une relation ambigüe...

Critique

Il y’a longtemps que je n’avais pas vu un film aussi dérangeant et dérangé. Ce mélange de séduction entremêlé de sadomasochisme est inattendu. Il est trop sulfureux pour être classé dans les comédies sentimentales, trop soft pour être estampillé érotique… bien qu’il danse allégrement avec cette dernière limite !

Cette dérive entre ces deux territoires est une rareté d’un point de vue cinématographique. Peu de scénaristes osent s’aventurer sur ce terrain friable, et encore moins de producteur ou de réalisateurs souhaitent s’y frotter. Au fond, “la secrétaire” pourrait très bien s’intituler “voyage au pays des sadomasochistes” mais cela serait beaucoup trop évocateur.

“La secrétaire” aime l’inconvenable, l’imprévu, le choquant. Tout cela est clairement assumé dès l’entame. Au diable les principes moraux et les normes sociales établies, tout est balayé d’un revers de la main.

Une fois la rencontre passée entre l’employée et son patron, ce film comporte de grands pics de drôlerie…Parce que la multiplication de scènes improbables (exclusivement en huis clos) génèrent obligatoirement des rires.

Disons le clairement, ce film repose essentiellement sur la loufoquerie du récit et sur le talent immense des deux acteurs principaux. Ces derniers trustent d’ailleurs l’essentiel du tournage, ne laissant que d’infimes miettes aux autres acteurs.

Maggy Gyllenhall a obtenu le Golden Globe de la meilleure actrice pour ce rôle, et pour moi, elle le mérite amplement…En effet, elle paye de sa personne par de nombreuses scènes de nu et joue superbement “la cruche de service” servile et névrosée.

C’est l’acteur James Spader qui prend le rôle de l’avocat précieux et dominant. Les connaisseurs s’en souviennent surement, il apparaissait déjà dans le cultissime “Sexe, Mensonge et vidéo” (1989).

Pour ma part, je ne connaissais pas le réalisateur de ce film, Steven Shainberg (voir ici). A en juger par sa seule filmographie, ses contributions au cinéma sont rares.

Une certaine virtuosité se dégage également des prises de vue. Des choix judicieux ont été faits dans ce domaine. Des choix qui mettent fortement en valeur les excellentes mimiques de Maggy Gyllenhal et font naitre le sentiment de percer l’intimité des personnages principaux… Au point de rester bouchée, parfois, devant l’alchimie qui opère entre les personnages.

N’ayant jamais vu 50 nuances de Grey, je ne peux faire de comparaison. Mais “la secrétaire” est un ancêtre pas si lointain…Qui a peut être été une bonne source d’inspiration !

A noter que cette oeuvre est intégralement disponible sur  la chaîne Youtube.(lien ici.)

Une comédie complètement givrée, à l’humour décapant, parfois malsaine ou dérangeante… Et n’oubliez pas d’aller coucher les enfants si vous désirez la voir…

Bande annonce
Films Pécédent
«
Films Suivant
»
Articles récents
  • Upload Science-fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

  • Hunters Thriller

    7/10

    RESUME : En 1977, à New York, la grand-mère de Jonah Heidelbaum est morte, assassinée dans des circonstances mystérieuses. Par un ami proche de sa grand mère d'origine juive, Jonah apprend l'existence d'un groupe de chasseurs de nazis. Tous vont unir leurs talents pour faire échouer à un complot visant à instaurer un IVème reich sur le territoire américain.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA