The Jane Doe Identity, l’autopsie de Jane Doe

6,5/10

résumé :

Au sous-sol d'une maison où plusieurs meurtres ont été commis, les inspecteurs de police découvrent le cadavre d'une femme complètement nue, cadavre à moitié enterré... Comme ils ne parvienne pas à l'identifier, ils lui attribuent une identité : elle s'appellera Jane Doe. Pour les besoins de l'enquête, Cette dépouille est confiée à Tommy Tilden et son fils Austin, médecins-légistes, afin qu'ils procèdent à une autopsie. Mais ce qui ne devait être qu'un banal examen va tourner au cauchemar après bien des découvertes étranges.

Critique

Un film d’horreur “à l’ancienne”, où tout repose sur la suggestion, l’atmosphère morbide savamment entretenue dans un lieu propice (morgue/crématorium), cet endroit glauque où les médecins-légistes ont l’habitude de “faire parler” les corps qui leur sont livrés par la grâce de la médecine légale.

Amateurs d’effets spéciaux et de scènes extrêmement sanguinolentes, passez votre chemin, votre déception sera immense. Cette histoire surnaturelle est plutôt destinée aux puristes du genre, à ceux qui veulent renouer en toute simplicité avec l’approche purement psychologique d’un film d’horreur.

Avec ses fondations scénaristiques solides, The Jane Doe Identity (ou The Autopsy of Jane Doe), réussit plutôt bien son objectif : faire monter crescendo l’angoisse.

Les seuls bémols résident dans ce souci (presque permanent) de ne jamais trop en faire, en mettant le paquet sur la bande sonore (très bonne) et la réaction émotionnelle des personnages…Des personnages, qui, cela dit en passant, me semble bien peu trop nombreux. (mais aurait-il pu en être autrement dans une morgue ?).

Pour synthétiser, un huis clos “old school” de bonne facture qui m’a laissé un peu sur ma faim.

Bande annonce
Films Pécédent
«
Articles récents
  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

  • Hunters Thriller

    7/10

    RESUME : En 1977, à New York, la grand-mère de Jonah Heidelbaum est morte, assassinée dans des circonstances mystérieuses. Par un ami proche de sa grand mère d'origine juive, Jonah apprend l'existence d'un groupe de chasseurs de nazis. Tous vont unir leurs talents pour faire échouer à un complot visant à instaurer un IVème reich sur le territoire américain.

  • Interview Richard Sammel Vidéos

    L'acteur Richard SAMMEL m'a fait le grand plaisir de répondre à mes questions par vidéoconférence. Souvenez-vous, il a joué dans "OSS 117", "Inglorious Basterds" ou encore dernièrement dans "Un village français" ou la série "The Strain". (2016). Vous trouverez sa filmographie en cliquant ici.

    Petit problème au démarrage, la vidéo démarre légèrement après ma première question (ce sont les aléas du direct !), ma question était alors "Les rôles de nazis n'ont ils pas été trop lourds à porter ?".

    Richard Sammel se livre à coeur ouvert, donne de précieux conseils aux jeunes acteurs et nous livre quelques anecdotes croustillantes sur l'envers du décor de certains tournages. Bonne lecture à tous et à toutes !

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA