Get out

6,5/10

résumé : Chris Washington est un jeune afro-américain qui s'est amouraché de Rose Armitage, laquelle est blanche. Cette dernière souhaite le présenter à ses parents à l'occasion d'un séjour, mais Chris craint que cette union ne soit pas vue d'un bon oeil par ses parents en raison de sa couleur de peau. Aux premiers contacts, Chris s'aperçoit que ses futurs beaux parents se montrent très hospitaliers, mais une série d'événements curieux vont provoquer son inquiétude.

Critique

La plupart des critiques étaient élogieuses pour ce film sorti très récemment dans les salles françaises. Get Out était en effet célébré comme un chef d’oeuvre du septième art, et d’aucuns y voyaient même la renaissance du genre horreur/thriller.

Le débat est lancé, mais pour ma part, je serai forcément plus mesuré dans ma critique. Il faut dire aussi qu’il me semble avoir été habitué à plus sanglant voire plus palpitant encore, en poussant la comparaison avec “In the dark” ou “The Walking Dead” dans le rayon des séries (pour ne citer que ces deux exemples).

Néanmoins, il faut quand même rendre à César ce qui est à César…Malgré une entame que j’ai trouvée particulièrement poussive et extravagante, ce film parvient ensuite à nous tenir constamment en haleine jusqu’à la toute dernière minute.

Ce n’est pour moi pas le film du siècle, loin de là, ni même le must du film d’horreur. Je dirais tout simplement qu’il s’agit d’un assez bon thriller, tout public, qui a le mérite, au passage, de montrer du doigt les failles béantes qui subsistent encore au sein des différentes communautés de la société américaine.

 

On aime :

– Un scénario qui laisse place à toutes les suppositions, même les plus folles

– des acteurs qui sont crédibles dans leurs rôles respectifs

– la dénonciation du racisme ordinaire qui sévit encore aux Etats-Unis

On aime pas :

– La mise en place de l’intrigue, beaucoup trop longue

– le trop plein de comportements étranges (vous me direz, cela fait partie du scénario, mais cela aurait pu être plus court…)

Bande annonce
Films Pécédent
«
Films Suivant
»
Articles récents
  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

  • Hunters Thriller

    7/10

    RESUME : En 1977, à New York, la grand-mère de Jonah Heidelbaum est morte, assassinée dans des circonstances mystérieuses. Par un ami proche de sa grand mère d'origine juive, Jonah apprend l'existence d'un groupe de chasseurs de nazis. Tous vont unir leurs talents pour faire échouer à un complot visant à instaurer un IVème reich sur le territoire américain.

  • Interview Richard Sammel Vidéos

    L'acteur Richard SAMMEL m'a fait le grand plaisir de répondre à mes questions par vidéoconférence. Souvenez-vous, il a joué dans "OSS 117", "Inglorious Basterds" ou encore dernièrement dans "Un village français" ou la série "The Strain". (2016). Vous trouverez sa filmographie en cliquant ici.

    Petit problème au démarrage, la vidéo démarre légèrement après ma première question (ce sont les aléas du direct !), ma question était alors "Les rôles de nazis n'ont ils pas été trop lourds à porter ?".

    Richard Sammel se livre à coeur ouvert, donne de précieux conseils aux jeunes acteurs et nous livre quelques anecdotes croustillantes sur l'envers du décor de certains tournages. Bonne lecture à tous et à toutes !

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA