Le fléau de Breslau

5,5/10

RESUME : une enquêtrice de Breslaw (en Pologne) est confrontée à un meurtre étrange. En effet, le corps d'un homme mort est retrouvé cousu dans une peau de vache, à proximité d'un marché.

Critique

CE QUI CHOQUE LE PLUS AU PREMIER ABORD

Ce qui surprend déjà avec cette production polonaise, ce sont les traits des personnages… Car l’immense majorité d’entre eux sont bourrus,  maladroits, “bourrins” et ou très limités intellectuellement.

Même les personnages secondaires sont trop caricaturaux…Comportements infantiles du procureur,  journaliste “pétasse” (le seul personnage un peu plus fin que les autres !), tous les archétypes (polonais ?) y passent.

 

DES MEURTRES ASSEZ BIEN ETUDIES

Le premier meurtre nous tient assez bien en haleine…Parce que le mode opératoire est très recherché et complètement tordu, à l’instar de ce que serait capable d’imaginer un écrivain comme Maxime Chattam.

Une enquêtrice aigrie, mal fagotée et sans classe débarque sur les lieux et n’a aucune piste à se mettre sous la dent, voilà pour le point de départ.

 

UN SCENARIO TRES PASSABLE

Chaque meurtre est savamment mis en scène. A chaque fois, la victime est toujours “marquée” dans sa chair par un message à caractère religieux laissé par le tueur.

C’est dire que le tueur doit être un sacré déséquilibré, se dit-on au passage. Cela étant, le développement du scénario est entaché de multiples scènes parasites/sans intérêt.

Et parce que ces scènes (une journaliste qui casse son talon, par exemple) polluent littéralement le rythme narratif, on se pose légitimement la douloureuse question de la crédibilité du récit.

 

SCENES D’ACTION/PRESTATION DES ACTEURS

Le film regorge de scènes d’action assez remarquablement filmées, qui redonnent régulièrement un peu plus de prestance à l’ensemble.

Les acteurs, pour la plupart inconnus du grand public, assument leurs rôles respectifs sans qu’aucun ne profite réellement de l’occasion pour percer l’écran.

 

Bilan…

Une cuvée polonaise cinématographique très légèrement au dessus de la piquette.

Bande annonce
Films Pécédent
«
Films Suivant
»
Articles récents
  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

  • Hunters Thriller

    7/10

    RESUME : En 1977, à New York, la grand-mère de Jonah Heidelbaum est morte, assassinée dans des circonstances mystérieuses. Par un ami proche de sa grand mère d'origine juive, Jonah apprend l'existence d'un groupe de chasseurs de nazis. Tous vont unir leurs talents pour faire échouer à un complot visant à instaurer un IVème reich sur le territoire américain.

  • Interview Richard Sammel Vidéos

    L'acteur Richard SAMMEL m'a fait le grand plaisir de répondre à mes questions par vidéoconférence. Souvenez-vous, il a joué dans "OSS 117", "Inglorious Basterds" ou encore dernièrement dans "Un village français" ou la série "The Strain". (2016). Vous trouverez sa filmographie en cliquant ici.

    Petit problème au démarrage, la vidéo démarre légèrement après ma première question (ce sont les aléas du direct !), ma question était alors "Les rôles de nazis n'ont ils pas été trop lourds à porter ?".

    Richard Sammel se livre à coeur ouvert, donne de précieux conseils aux jeunes acteurs et nous livre quelques anecdotes croustillantes sur l'envers du décor de certains tournages. Bonne lecture à tous et à toutes !

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA