Unorthodox

7,5/10

RESUME : Une jeune femme issue d'une communauté juive orthodoxe décide de tout plaquer pour aller vivre à Berlin...Mais son passé ressurgit dans sa nouvelle vie.

Unorthodox s'inspire de l'autobiographie "The scandalous rejection of my Hasidic Roots" de Deborah Feldman (2012).

Critique

Unorthodox décrit l’histoire d’une jeune femme éprise de liberté qui a grandi dans une communauté complètement fermée au monde extérieur. (communauté juive hassidique de New York).

Cet apprentissage de la liberté va être une grande source d’angoisse pour elle, car elle n’est que vaguement préparée à ce choc culturel…Parce que chez les hassidiques, tout est codifié et sacralisé à l’extrême. En particulier, la place des femmes n’est pas du tout la même que dans la société que nous connaissons.

 

LE CASTING

Les rôles principaux sont tenus par des acteurs qui sont tous d’origine israélienne et pour la plupart inconnus du grand public. l’actrice principale (Shira Haas, ci-dessous) ne compte d’ailleurs que quelques années de carrière cinématographique derrière elle.

Cependant, elle délivre une prestation très intéressante visuellement, car elle dégage une assurance et une prestance assez rares à l’écran pour son âge.

 

LE SCENARIO

Il ne se borne pas qu’à suivre benoîtement le parcours de l’héroïne dans sa nouvelle vie, et  instaure régulièrement quelques flashback salvateurs. Pourquoi salvateurs ? parce qu’ils permettent d’appréhender ce que pouvait être le quotidien de cette jeune femme avant son envol sous d’autre cieux.

Il est certain que ces représentations de la communauté hassidique ne sont pas très vendeuses…Mais l’enjeu principal, ici, ne semble pas être d’écorner cette image publique, mais plutôt de nous faire découvrir les rites et coutumes d’une communauté juive. Ainsi, l’on s’attarde sur les dîners, le coucher, le mariage ou d’autres événements majeurs qui sont encore sûrement gravés dans la mémoire de l’héroïne.

LES AUTRES ASPECTS DE LA SERIE/MON POINT DE VUE

Cette série ne compte que quatre malheureux épisodes et se déroule principalement à New York (quartier juif) et Berlin (Hyper centre).

On s’apitoie aussi volontiers sur le sort de cette jeune fille livrée à elle même dans une très belle ville allemande et l’on ressort de cette série avec la conviction que nous vivons certes pas dans un monde parfait, mais que tout pourrait être bien pire.

Il y’a quelques moments de grâce qui percent ici et là, notamment lors de répétitions de concerts au conservatoire.

Bref, en cette période de confinement généralisée, Unorthodox représente un beau courant d’air frais qui s’immisce doucement dans le paysage cinématographique, et Netflix serait bien inspirée de nous proposer une suite.

Bande annonce
Séries Pécédent
«
Séries Suivant
»
Articles récents
  • De sang et d’or Documentaires

    6/10

    RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

     

  • Upload Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA