Unbelievable (2019)

8/10

Résumé : 

Marie Adler est une jeune femme défavorisée qui peine à se réinsérer. Une nuit, elle appelle la police pour un viol qu'elle aurait subi dans la nuit. Devant les doutes de sa famille d'accueil sur sa santé mentale et le manque de preuve concrètes du viol, les policiers classent l'affaire et Marie se retrouve inculpée pour fausse déclaration. Quelques années plus tard, l'inspectrice Duvall enquête sur des faits similaires commis dans un autre état, et s'aperçoit qu'au moins un autre cas du même genre a été signalé dans un district voisin...De fil en aiguille, l'inspectrice Duvall devra coopérer avec l'inspectrice Rasmussen pour retrouver le coupable de ces viols qui semble connaître toutes les techniques pour échapper à la police...

Critique

Le premier marqueur de cette série est de vouloir s’intéresser à un violeur relativement insaisissable, et non pas à un tueur en série comme il est coutumier de le faire. Deuxième idée magistrale et relativement peu courante, les personnes chargées d’enquêter sont deux femmes dont les caractères divergent au moins autant que leurs visions respectives de l’enquête.

Unbelievable semble bien plus proche de la réalité du travail “des fédéraux” que n’importe quelle autre série du même genre, en divulguant un catalogue impressionnant, et parfois curieux, d’obstacles aux enquêtes…

En effet, outre la psychologie des victimes et les pressions parfois pesantes de leur entourage direct, “les fédéraux” vont voir s’accumuler bien d’autres contraintes, notamment matérielles (logiciels inadaptés), géographiques (chaque comté ou état travaillant dans “son coin”), ou encore de droit (difficulté d’obtention de mandats de perquisition, par exemple).

La partie s’annonce donc serrée, d’autant que le violeur est particulièrement précautionneux et laisse très peu d’indices derrière lui. 

Kaitlyn Dever est vraiment émouvante dans le rôle de Marie Adler, elle représente une sorte de point d’ancrage permanent à cette histoire, en revenant régulièrement dans le récit à l’occasion de parenthèses.

Quant aux deux inspectrices (dignement représentées à l’écran par Toni Collette et Merrit Wever), elles accomplissent ni plus ni moins que leur devoir, parfois dans le doute et le stress, mais le plus souvent avec conviction. 

Scénario royal et imprévisible, interprétations impressionnantes de justesse et cadrages aux petits oignons. N’en jetez plus. Sûrement la perle du moment pour ceux qui aiment les thrillers et les enquêtes policières.

Bande annonce
Séries Pécédent
«
Séries Suivant
»
Articles récents
  • De sang et d’or Documentaires

    6/10

    RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

     

  • Upload Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA