Upload

8,5/10

RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

Critique

LE SCENARIO

Cette idée de marchandisation de l’au-delà est un grand appel d’air dans la catégorie SF. Il y’aura sûrement un avant et un après “Upload”…Car la série rebat sérieusement les cartes sur le sujet de la vie après la mort.

Au cinéma et à ma connaissance, cette question n’a jamais été abordée sous cet angle. Il est curieux qu’aucun maître de la SF (Tel Stephen King) n’y ait pensé auparavant.

Cependant, l’écueil principal résidait dans le choix de l’atmosphère à générer pour exploiter au maximum cette idée…Car n’importe quel auteur raisonnable se poserait cette question: est-il plus intéressant d’en faire une comédie ou un drame ?

En tirer une comédie désopilante serait hasardeux, tant la thématique est contre nature…Alors, pourquoi pas tenter le drame ? Ghost (film, 1990) est hélas déjà passé par là, et tenter de faire mieux serait encore plus hardi.

Prenant tout le monde à contre-pied, le scénariste a choisi un ton léger, empreint de féérie, sans jamais tomber dans des excès dramaturgique. Qui est ce scénariste ? Greg Daniels. Ce nom ne vous dit sans doute rien, mais il est l’inventeur des Simpsons.

Comme l’on rend trop peu souvent hommage aux scénaristes à mon goût…Réparons cet oubli ci-dessous avec un petit cliché de Greg Daniels.

 

LES DECORS

De la SF pure et dure, l’on bascule rapidement à du fantastique en découvrant ce paradis commercialisé…Tant est si bien que l’on y retrouve des allusions à Harry Potter, au jeu vidéo Street Fighter et à d’autres productions ayant marqué le genre fantastique.

Une espèce de frénésie imaginative règne également en terme d’accessoires, de décors ou de paysages… Ce paradis privé est un peu le règne du tout est possible, à partir du moment où les familles des clients décédés ont les moyens de payer.

 

DES MESSAGES FORTS A FAIRE PASSER

La transition est parfaite pour souligner le sens profond des questions soulevées par Upload.

“Upload” frappe d’abord notre société de consommation avec un direct du droit. D’abord, parce que la série accule notre société du consumérisme dans ses retranchements ultimes…Car ici, seuls “les riches” peuvent se permettre cette résurrection, et l’argent continue d’être indispensable pour maintenir ce prolongement de vie.

Mais ce n’est pas tout. La série redéfinit également la relation entre les vivants et les morts. Dans le monde qui est le nôtre, seules quelques personnes (médiums) prétendent entrer en contact avec les morts. Ces personnes utilisent quelques outils spécifiques comme des planches ouija.

Dans “Upload”,  c’est un casque de réalité virtuelle ou des lunettes qui permettent de parler aux privilégiés de la vie éternelle…Les vivants peuvent même faire sauter les barrières du contact physique en utilisant des moyens techniques révolutionnaires. Voici un exemple ci-dessous.

Autres questions soulevées, d’ordre purement éthiques. L’âme peut-elle être marchandée après la mort ? Comment considérer la relation entre une entité techniquement morte et un être vivant fait de chair et d’os ? Comment définir ce type d’amour et comment serait-il interprété par les autres ?

 

LE CASTING

C’est l’acteur canadien Robbie Amell qui joue le rôle principal…C’est un vieux briscard des séries, qui s’essaye à la production ces derniers temps. Doté d’un physique de genre idéal, il est toujours très décontracté derrière la caméra.

Côté décontraction, l’actrice Andy Allo (qui lui donne la réplique la plupart du temps), n’est pas en reste également…Ainsi, ce duo réussit aisément à nous faire gober que le fait d’être virtuellement ressuscité relève de la banalité.

 En clair…

Une série à ne pas rater sur Amazon prime en ce moment, surtout si vous en avez envie de prendre un bain de jouvence dans le genre SF.

Bande annonce
Séries Suivant
»
Articles récents
  • De sang et d’or Documentaires

    6/10

    RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

     

  • Upload Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA