Absentia

8,5/10

Résumé : une ancienne membre du FBI disparait mystérieusement et réapparait 7 ans plus tard dans un état physique et psychologique déplorable...

Critique

Encore une, me disais-je, en lisant le pitch. Encore une personne frappée d’amnésie et qui découvre son passé avec seulement quelques indices en main…

Au premier abord, le scénario ne m’inspirait pas du tout et j’écartais systématiquement cette série de mes premiers choix, tant le cinéma me parait avoir déjà largement surexploité le filon de l’amnésie totale, de Jason Bourne à Blindspot.

Et puis, je me suis retrouvé au fond du gouffre cinématographique… Pas une série de qualité sous la main, pas un film en vue, rien. “La dèche” totale, vous dis-je, une disette à en pleurer à chaudes larmes devant son écran.

Avant de débuter Absentia, un petit tour par Allociné me rend un peu fébrile : avec une note de 2,5/5 décernée par les téléspectateurs, la série n’a pas de quoi pavoiser. Mais Absentia a une particularité de taille par rapport à d’autres oeuvres cinématographiques dans lesquels évoluent des amnésiques, son héroïne principale, qui souffre de cette pathologie, va découvrir que l’homme dont elle partageait la vie auparavant a refait sa vie avec une autre femme.

De plus l’héroïne va chercher ce qui la relie exactement à un tueur en série qui semble prendre un malin plaisir à la faire tourner en rond. Captivante de bout en bout, cette série m’a vraiment enthousiasmé. J’ai bien peur  qu’une saison 2 ne puisse atteindre le niveau de la première…

Bande annonce
Séries Pécédent
«
Séries Suivant
»
Articles récents
  • De sang et d’or Documentaires

    6/10

    RESUME : Un reportage sur le microcosme du Racing Club de Lens, club emblématique de la région Nord Pas de Calais.

     

  • Upload Science-Fiction

    8,5/10

    RESUME : Moyennant finance, les humains sont devenus capables de "s'uploader" après la mort. Comprenez par là le fait d'accéder à un paradis artificiel en connexion avec notre univers réel...Et totalement géré par une société privée !

    Parce que Nathan est mort prématurément d'un accident de voiture, sa compagne fait ce choix par amour. Malgré le fait d'être techniquement mort, Nathan reste donc en contact avec sa compagne et fait la connaissance de son "ange gardien", Nora...

  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA