Deadwind

6,5/10

RESUME : Une jeune femme est retrouvée enterrée sur le chantier de construction d'un futur écoquartier, en Finlande.  C'est le début d'une enquête mouvementée pour Sophia Karppi, de la police locale, qui peine à se remettre de la mort accidentelle de son mari.

Critique

Les acteurs de cette série ne sont pas des stars internationales, ce qui ne retire pas l’intérêt porté à cette enquête en plein hiver finlandais.

En effet, les conditions du meurtre et le contexte sont suffisamment intrigantes pour appâter le chaland… Lequel s’y retrouve ensuite largement grâce à une mise en scène d’une grande efficacité et des acteurs fortement engagés.

Deadwind s’écarte habilement des sentiers habituels du navet, et cultive un caractère austère. Les scènes de sexe, tout comme celles de violences gratuites, sont inexistantes. Tout est calculé au millimètre pour ne pas dépasser d’un cadre extrêmement épuré.

Le duo Sofia Karppi/Sakari Nurmi est solide, très complémentaire et peu sulfureux, ce qui n’empêche pas des différences de personnalités et de méthodes de travail très importantes.

L’enquête a tendance à se complexifier, mais elle n’est pas pour autant tirée par les cheveux…Principalement parce que l’on y retrouve des problématiques actuelles, comme celles liées à l’environnement, sans en dire plus.

Ne faisons pas la fine bouche, Deadwind réussit à faire mouche question suspens. On passe d’un épisode à l’autre en se posant toujours plus de questions. On s’inquiète pour Karppi, qui a toujours l’art et la manière de se mettre dans des situations difficiles. Et on finit par se demander si on n’aimerait pas revoir un jour ce duo ambivalent, peut être dans une saison 2.

NB : petite précision utile, cette série est disponible en VF sur Netflix, je n’ai pas trouvé la bande annonce équivalente dans la même langue.

 

 

 

 

Bande annonce
Séries Pécédent
«
Séries Suivant
»
Articles récents
  • La vie sexuelle des belges (1994) Biopic

    5,5/10

    RESUME : Le jeune Jan Bucquoy quitte sa ville natale d'Harelbeke pour Bruxelles. Là bas, il espère bien s'émanciper d'un cadre familial trop strict. Il espère également faire de nombreuses conquêtes féminines et aspire à devenir écrivain.

  • Un moment d’égarement Comédie

    6,5/10

    RESUME : Deux pères de famille (Laurent et Antoine),  se rendent en vacances en Corse dans la demeure de l'un d'eux. Pour ce séjour, deux adolescentes les accompagnent. Il s'agit respectivement de Marie (Fille de Laurent) et de Louna (Fille d'Antoine). Laurent finit par succomber aux avances de Louna...C'est le début d'une grosse galère sentimentale pour Laurent, qui peine à avouer l'impensable à son meilleur ami.

    Remake d'un film du même nom de Claude Berry, sorti dans les salles en 1977, où jouait Jean Pierre Marielle, Victor Lanoux et Agnès Soral.

  • Hunters Thriller

    7/10

    RESUME : En 1977, à New York, la grand-mère de Jonah Heidelbaum est morte, assassinée dans des circonstances mystérieuses. Par un ami proche de sa grand mère d'origine juive, Jonah apprend l'existence d'un groupe de chasseurs de nazis. Tous vont unir leurs talents pour faire échouer à un complot visant à instaurer un IVème reich sur le territoire américain.

  • Interview Richard Sammel Vidéos

    L'acteur Richard SAMMEL m'a fait le grand plaisir de répondre à mes questions par vidéoconférence. Souvenez-vous, il a joué dans "OSS 117", "Inglorious Basterds" ou encore dernièrement dans "Un village français" ou la série "The Strain". (2016). Vous trouverez sa filmographie en cliquant ici.

    Petit problème au démarrage, la vidéo démarre légèrement après ma première question (ce sont les aléas du direct !), ma question était alors "Les rôles de nazis n'ont ils pas été trop lourds à porter ?".

    Richard Sammel se livre à coeur ouvert, donne de précieux conseils aux jeunes acteurs et nous livre quelques anecdotes croustillantes sur l'envers du décor de certains tournages. Bonne lecture à tous et à toutes !

Les commentaires sont fermés.

CRITIQ CINEMA